lancer des mots sages à la tête des maussades

Fichue pandalonnade

Cela ne vous a probablement pas échappé : nous sommes entrés dans une époque de catastrophes. On perd le triple A, les bateaux s’échouent bêtement et l’OM ne peut pas étendre son domaine à cause des bonnes sœurs voisines qui ne veulent pas laisser leur terrain (occupé quand même depuis le XIXème).
Pour nous épargner l’inéluctable dépression devant de telles calamités, les médias nous servent à journée faite un drôle d’émollient : on vient d’emprunter à la Chine 2 pandas. Evidemment je n’ai rien contre ces bestioles, mais je trouve qu’elles tiennent beaucoup de place dans ce qu’on continue d’appeler les « nouvelles ».
J’avais déjà beaucoup à faire avec les chiens du voisin. Voici que mon esprit va devoir être obnubilé par 2 pandas qui posent question. Et d’abord ils viennent de Chine. C’était vraiment la question la plus urgente, la plus utile, que nous avions à traiter avec ce pays ?
On s’interroge aussi à propos de l’argent. Depuis plusieurs mois on remet le Plan Altzheimer faute de crédits, on réduit les prestations faute de sous. Et on a de quoi affréter le plus gros de nos avions porteurs spécialement pour les 2 animaux ! sans compter le conditionnement et les transports à terre.
Soyons positifs : tout ça doit bien servir à quelque chose ! En effet : acquérir 100000 visiteurs de plus au zoo de Beauval. Le pauvre bourg de Saint-Aignan qui l’abrite doit être particulièrement désertique pour avoir besoin d’être pollué par des milliers de voitures, de cars et de saucissonneurs pourvoyeurs infatigables de papiers gras.
Au vu de tout cela, je me demande si je ne vais pas aller rejoindre les illuminés de Budarach pour y attendre la fin du monde.
Cela ne vous a probablement pas échappé : nous sommes entrés dans une époque de catastrophes. On perd le triple A, les bateaux s’échouent bêtement et l’OM ne peut pas étendre son domaine à cause des bonnes sœurs voisines qui ne veulent pas laisser leur terrain (occupé quand même depuis le XIXème).
Pour nous épargner l’inéluctable dépression devant de telles calamités, les médias nous servent à journée faite un drôle d’émollient : on vient d’emprunter à la Chine 2 pandas. Evidemment je n’ai rien contre ces bestioles, mais je trouve qu’elles tiennent beaucoup de place dans ce qu’on continue d’appeler les « nouvelles ».
J’avais déjà beaucoup à faire avec les chiens du voisin. Voici que mon esprit va devoir être obnubilé par 2 pandas qui posent question. Et d’abord ils viennent de Chine. C’était vraiment la question la plus urgente, la plus utile, que nous avions à traiter avec ce pays ?
On s’interroge aussi à propos de l’argent. Depuis plusieurs mois on remet le Plan Altzheimer faute de crédits, on réduit les prestations faute de sous. Et on a de quoi affréter le plus gros de nos avions porteurs spécialement pour les 2 animaux ! sans compter le conditionnement et les transports à terre.
Soyons positifs : tout ça doit bien servir à quelque chose ! En effet : acquérir 100000 visiteurs de plus au zoo de Beauval. Le pauvre bourg de Saint-Aignan qui l’abrite doit être particulièrement désertique pour avoir besoin d’être pollué par des milliers de voitures, de cars et de saucissonneurs pourvoyeurs infatigables de papiers gras.
Au vu de tout cela, je me demande si je ne vais pas aller rejoindre les illuminés de Budarach pour y attendre la fin du monde.

18 janvier, 2012 à 9:51


Laisser un commentaire