lancer des mots sages à la tête des maussades

Sacrée bonne année

A tous ceux qui lisent mes posts, les jeunes ou les vieux, les intellos ou les manuels, les fans de  « Méluche » et ceux de Dupond D’Aignan, je fais des vœux de très bonne année, forts et sincères.

Vraiment forts les vœux, car dès les 1ers jours, ça part de travers. Et d’abord, bien sûr, par ce qu’on continue d’appeler « Paris-Dakar » et qui se court en Amérique latine. Qu’on continue aussi de présenter comme un événement sportif. Je me demande où est le sport dans une compétition où l’énergie à développer est produite par un moteur. Bel exploit quand les plus riches peuvent se payer le meilleur matériel et donc tenir la tête !

De plus, par ces temps, parait-il, tournés vers l’écologie, transporter des centaines de véhicules à 6000 kms pour leur faire cracher ensuite des tonnes de CO² en Argentine ou Chili, ne va pas vraiment dans le bon sens.

Drôle de début aussi en Hongrie, où le 1er Ministre vire tranquillement au dictateur. Après avoir supprimé toute velléité d’opposition dans la presse et même constitutionnellement, il se rêve sans doute nouveau potentat d’un empire austro-hongrois reconstitué.

Mais dans notre France, pouvons-nous nous croire hissés un ton au dessus pour cette année présidentielle ? Il semble que non. On assisterait plutôt à ces batailles de mots, qui auraient été dits, mais pas vraiment comme ça, en tous cas tirés de leur contexte. Bref, on est  encore dans le débat des petites phrases.

Est-ce que tous ces jeunes pleins d’énergie, ces anciens pleins de sagesse, ne vont pas pousser à ce qu’on entre enfin dans un débat de fond. A ce stade les sujets ne manquent pas. Puisse l’avenir nous confirmer cet espoir. Alors, ce sera une sacrée bonne année !

11 janvier, 2012 à 17:18


Laisser un commentaire